Numérisation des marégrammes

Pour pallier les inconvénients liés à la numérisation manuelle des marégrammes, résultant de la nécessité de disposer de valeur numériques sur support informatique, des systèmes de saisie directe ont été développés.

 

Exemple de marégramme numérisé: Dakar 25-30 mai 1960 (Crédits SHOM). Cliquer sur le marégramme pour l'agrandir.

 

Principe

La numérisation passe nécessairement par un codage du signal analogique qui peut être réalisé de diverse manière, l'une des plus sûres étant le codage optique de la rotation d'un disque solidaire de la poulie entraînée par le flotteur. Un autre système également répandu mais probablement moins fiable utilise un potentiomètre dont la tension mesurée sur le curseur est transformée en fréquence.

Ces systèmes sont alors doublés soit d'un enregistrement sur bande magnétique (la bande perforée un moment utilisée a été abandonnée), soit d'une transmission de la mesure par voie hertzienne ou par le réseau téléphonique vers un enregistreur situé à distance. Tous ces raffinements requièrent des compétences supplémentaires, et l'expérience prouve qu'en cas de panne, l'enregistrement graphique constitue un recours indispensable pour récupérer les données.

La numérisation du marégramme s'effectue en général en relevant la hauteur à chaque heure ronde, cadence habituellement suffisant pour les analyses de marée. Dans les centres ayant à traiter de nombreux marégrammes, ce travail est facilité par l'utilisation d'une table à numériser permettant la saisie directe sur support informatique de chaque hauteur pointée par un opérateur.

 

Limite de la numérisation des marégrammes

Les enregistrements doivent être accompagnés d'une feuille de contrôle de marégraphe sur laquelle sont inscrites, à des instants donnés, les hauteurs lues par l'opérateur, soit par l'échelle de marée, soit à la sonde lumineuse.

Une source d'erreur non négligeable provient de la mauvaise interprétation des feuilles de contrôle quand elles n'ont pas été remplies avec tout le soin nécessaire.

Un autre défaut de la numérisation, manuelle ou semi-automatique, des marégrammes est le caractère routinier et peu gratifiant de ce travail qui peut engendrer un manque de motivation, lui-même générateur d'erreur.

 

NUNIEAU

Le logiciel NUNIEAU (NUmérisation des NIveaux d'EAU) permet la numérisation de marégrammes et de limnigrammes papiers. Il a été développé au CETE Méditerranée/Service Hydraulique.

NUNIEAU est un outil précieux qui exploite les technologies modernes de traitement d'images. Il remplace très avantageusement les tables à numériser classiques. Parmi ses nombreux avantages il offre la possibilité d'obtenir des valeurs de hauteur d'eau à une fréquence plus élevée que l'heure pour un travail de préparation et de numérisation équivalent.

 

Pour en savoir plus

 

Référence

  • Simon B. (2007). La Marée - La marée océanique et côtière. Edition Institut océanographique, 434pp.

 

 

Dernière mise à jour : 18/08/2012