Contrôles d'un marégraphe

La précision de la mesure dépend essentiellement du soin avec lequel sont effectués les différents contrôles de bon fonctionnement sur le site du marégraphe. De trop nombreuses négligences dans ce domaine sont à l'origine de la qualité médiocre des mesures et même de la perte de nombreuses données.

 

Contrôle du marégraphe de Port-Bloc à l'aide d'une sonde lumineuse (crédits SHOM, 2010)

 

Contrôler régulièrement le marégraphe

Une cadence d'inspection hebdomadaire, mensuel ou bi-mensuel est recommandée, le contrôle bi-annuel est le minimum recommandé par REFMAR. Ce type de contrôle ne doit pas être considéré que comme un pis-aller.

L'opération consiste simplement à comparer les indications données par le marégraphe à celles qui sont obtenues à partir d'indicateurs indépendants réputés exacts. Pour la vérification du temps, la référence peut être un garde-temps quelconque, le plus souvent la montre de l'opérateur, évidemment supposée correctement réglée.

Lors des contrôles intermédiaires, les interventions sur le marégraphe ne seront pratiquées qu'en cas de panne ou de dysfonctionnement flagrant, à l'exclusion de toute rectification du calage en temps ou en hauteur.

La vérification de hauteur se fait normalement par comparaison avec les lectures de l'échelle de marée. La sonde lumineuse, qui est un ruban métallique gradué, équipé à la base d'un contact électrique qui se ferme dès qu'il touche l'eau, provoquant ainsi l'allumage d'une lampe est souvent utilisée également.

Ces deux contrôles sont souhaitables car ils sont complémentaires. La sonde lumineuse permet une meilleure précision, mais utilisée dans le puits, elle ne teste qu'une partie de l'installation. L'échelle de marée permet une mesure directe et constitue donc la meilleure référence possible. Cependant, comme nous l'avons vu plus haut, l'existence de vagues et de clapotis ne permet que très rarement une précision meilleure que plus ou moins 2.5 cm sur une seule lecture.

 

 

Consigner chaque contrôle marégraphique 

Les résultats de tous ces contrôles sont consignés sur un fichier de tableur type prévu à cet effet.

Dans le cadre de vos contrôles, vous pouvez télécharger ce fichier de tableur, le remplir et le renvoyer à REFMAR. Des conseils et des explications sont rassemblés dans la documentation suivante. Comme indiqué dans le document précédent, il est préférable de réaliser les contrôles lors des périodes de grandes vives-eaux. Afin d'anticiper vos contrôles, le pdf suivant rassemble l'ensemble des coefficients de marée pour l'année 2012.

 

Référence

Simon B. (2007). La Marée - La marée océanique et côtière. Edition Institut océanographique, 434pp

 

Dernière mise à jour de la page : 14/11/2012