Bilan français de la 7ième réunion du groupe intergouvernemental de coordination sur le système d'alerte aux tsunamis en mer des Caraïbes, sous l'égide de l'UNESCO

 

 

Le 7ième Groupe intergouvernemental de coordination sur le système d'alerte aux tsunamis en mer des Caraïbes, sous l'égide de l'UNESCO, s'est tenu du 2 au 4 avril 2012 à Curaçao.

Une délégation française était présente pour rapporter les actions mise en place dans les antilles françaises avec la participation des l'Institut physique du Globe de Paris, des observatoires de volcanologie et de sismologie des Guadeloupe et de Martinique, les préfectures, le conseil général de martinique et le Service hydrographique et océanographique de la marine.

En parallèle des working groups sur la modélisation, la diffusion de l'alerte et la prévention des populations, le working group I concernait plus particulièrement l'observation sismologique et marégraphique.

TSUAREG

 

Les observatoires de :

  • l'OVS Guadeloupe marégraphes de Deshaie et de la Désirade) ;
  • du conseil général de Martinique (marégraphe du prêcheur et prévision d'un marégraphe au Robert) ;
  • du SHOM (marégraphe à Pointe-à-Pitre [Guadeloupe], Fort-de-France [Martinique] et Ile Royale [Guyane]).

passent progressivement en temps réel pour participer à l'alerte au tsunami. Fort-de-France et la Désirade diffusent d'ores et déjà leurs données respectivement via les satellites Meteosat9 et GOES. Ces actions sont notamment cofinancées par l'europe au travers du projet INTEREG IV TSUAREG.

Comme en Méditerranée, où le centre national d'alerte aux tsunamis (CENALT) entrera en fonction en juillet prochain, la mise de l'alerte aux tsunamis dans les Caraïbes permets de renforcer le réseau de marégraphe français et les 7 marégraphes précités figureront naturellement sur le portail temps réel de Refmar.

Au sein du Working Group I, Sébastien Deroussi de l'OVS Guadeloupe, a été nommé comme vice-président pour coordonner les réunions de travail sur la marégraphie en mer des Caraïbes. Déjà acteur au niveau des îles Guadeloupe et Martinique, l'enjeu est maintenant de soutenir les pays voisins dans l'acquisition et l'installation de matériels.

Enfin, pour le moment, Le centre d'alerte du Pacifique continue à faire l'interim sur la zone Caraïbes. Il se charge de la collecte des observations mise à disposition par les pays membres, de la détection d'une source tsunamigène et de la diffusion des alarmes vers les 35 pays membres. Les rencontres internationales (GIC) ont ainsi pour but final que les caraïbes hébergent eux mêmes leur propre centre d'alerte.

En perspective :

  • Un exercice CARIBEWAVE2013 est prévu le 20 mars 2013 et mettrait en scène un tsunami au large de l'île de Curaçao, scénario qui impacterait quasiment tous le bassin des Caraïbes. L'objectif est de mettre à l'épreuve les systèmes de diffusion et réception de l'alerte puis les réactions des autorités de sécurité civiles voire des collectivités locales.
  • Le 8ième ICG/CarTWS aura lieu fin avril 2013 sur l'île de Trinidad et Tobago.

D'autres actualités gravitant autour de la marégraphie sont à découvrir :