Comparaison des effets de la dépression de ce début d'année sur le niveau marin avec d'autres évènements extrêmes

Le passage de plusieurs dépressions (2-5 janvier 2014) dans une large partie de l'ouest de la France a provoqué une suite de surélévations du niveau de la mer mesurées par les marégraphes RONIM du SHOM installés le long de la façade atlantique. Les niveaux marins maximums atteints pour chaque port par cet épisode météorologique ont été comparés avec les niveaux de hauteurs d'eau maximums mesurés lors de précédentes tempêtes de référence : Xynthia (28/02/2011), Quinten (9-10/02/2009), Johanna (10/03/2008) et Lothar-Martin (26-28/01/1999). Cette comparaison montre que les niveaux marins mesurés début janvier lors de cet événement dépressionnaire sont parmi les plus importants jamais observés pour les ports étudiés. L'étude des surcotes de pleine mer montrent que ces dernières sont dans la moyenne pour ce genre de tempête hivernale en se situant entre 0,40 et 0,75m. En revanche, c'est la conjugaison avec les forts coefficient de marée en ce début d'année (108), qui explique les niveaux atteints.

Vue sur une partie du port du Conquet, Finistère (N. Pouvreau, Crédits SHOM - 3 janvier 2014)

Vue sur une partie du port du Conquet, Finistère (N. Pouvreau, Crédits SHOM - 3 janvier 2014)

 

Les données utilisées : les observations marégraphiques

Les données utilisées sont des hauteurs du niveau de la mer mesurées par chaque marégraphe (au Conquet, à Brest, à Concarneau, à Port Tudy, à Saint-Nazaire, aux Sables d'Olonne, à La Rochelle-La Pallice, à Port-Bloc (Pointe de Grave) et Bayonne). Les hauteurs exprimées par rapport au zéro hydrographique (ZH). Toutefos, les données utilisées sont échantillonnées à 10 minutes (moyennées sur 2 minutes) pour les plus récentes et au pas de temps horaires pour les plus anciennes ce qui peut être une source de sous-estimation des hauteurs maximales de hauteurs d'eau atteintes pour les épisodes des plus anciens. Enfin, il faut noter que ces marégraphes sont installés dans des puits de tranquillisation, ce qui filtre une partie du signal du aux vagues et au clapot.

 

Comparaison entre les hauteurs d'eau maximales mesurées lors du passage de la dépression du début d'année 2014 et les niveaux marins maximums atteints lors des tempêtes de référence

Les comparaisons entre les hauteurs d'eau maximales atteintes lors du passage de la dépression du début janvier 2014 et les niveaux maximums de la mer mesurés lors des 4 tempêtes de référence (Xynthia, Quinten, Johanna, Lothar-Martin) ont été réalisées. Sans égaler les tempêtes Xynthia ou Martin en décembre 1999, qui ont été plus puissantes mais également très locales, les niveaux sont en revanche comparables, en Bretagne, à la tempête de référence Johanna du 10 mars 2008. Sur les cartes suivantes, un code de 4 couleurs a été utlisé ayant les significations suivantes :

  • Bleu foncé : la hauteur d'eau maximum atteinte lors de la dépression du début d'année a été supérieure au niveau maximum atteint par la mer lors de la tempête comparative (Xynthia, Quinten, Johanna, Lothar-Martin) ;
  • Jaune : la hauteur d'eau maximum atteinte lors de la dépression du début d'année est équivalent (aux incertitudes près) au niveau maximum atteint par la mer lors de la tempête comparative ;
  • Bleu clair (cyan) : la hauteur d'eau maximum atteinte lors de la dépression du début d'année a été inférieure au niveau maximum atteint par la mer lors de la tempête comparative ;
  • Violet : pas d'observation disponible lors de la tempête comparative.

 

Comparaison avec la tempête Xynthia (28 février 2010)

Comparaison des hauteurs d'eau maximales atteintes lors du passage de la dépression début 2014 avec les niveaux marins maximums mesurés lors de la tempête Xynthia - Cliquer sur la figure pour l'agrandir

Comparaison des hauteurs d'eau maximales atteintes lors du passage de la dépression début 2014 avec les niveaux marins maximums mesurés lors de la tempête Xynthia - Cliquer sur la figure pour l'agrandir

 

Comparaison avec la tempête Quinten (9-10 février 2009)

Observations et prédictions du niveau de la mer au Conquet (graphique du haut) et calcul des surcotes (graphique en bas) du 2 au 5 janvier 2014 lors du passage de plusieurs dépressions - Cliquer sur la figure pour l'agrandir

Comparaison des hauteurs d'eau maximales atteintes lors du passage de la dépression début 2014 avec les niveaux marins maximums mesurés lors de la tempête Quinten - Cliquer sur la figure pour l'agrandir

 

Comparaison avec la tempête Johanna (10 mars 2008)

Observations et prédictions du niveau de la mer à Brest (graphique du haut) et calcul des surcotes (graphique en bas) du 2 au 5 janvier 2014 lors du passage de plusieurs dépressions - Cliquer sur la figure pour l'agrandir

Comparaison des hauteurs d'eau maximales atteintes lors du passage de la dépression début 2014 avec les niveaux marins maximums mesurés lors de la tempête Johanna - Cliquer sur la figure pour l'agrandir

 

Comparaison avec les tempêtes Lothar et Martin (26-28 décembre 1999)

Observations et prédictions du niveau de la mer à Concarneau (graphique du haut) et calcul des surcotes (graphique en bas) du 2 au 5 janvier 2014 lors du passage de plusieurs dépressions - Cliquer sur la figure pour l'agrandir

Comparaison des hauteurs d'eau maximales atteintes lors du passage de la dépression début 2014 avec les niveaux marins maximums mesurés lors de la tempête Lothar et Martin - Cliquer sur la figure pour l'agrandir

 

 

Références

Pour en savoir plus

D'autres actualités gravitant autour de la marégraphie sont à découvrir :