34es journées de l'hydraulique portant sur les événements extrêmes fluviaux et maritimes - 1 et 2 février - Paris (French only) 34es journées de l'hydraulique portant sur les événements extrêmes fluviaux et maritimes - 1 et 2 février - Paris (French only)

Maximize

34es journées de l'hydraulique portant sur les événements extrêmes fluviaux et maritimes - 1 et 2 février - Paris

 

34ème journées de l'hydraulique portant sur les événements extrêmes fluviaux et maritimes

 

Un colloque sur les évènements extrêmes fluviaux et maritimes, organisé par la Société Hydrotechnique de France (SHF) à l'occasion de ses 100 ans, s'est tenu au siège de l'Unesco à Paris, les 1 et 2 février 2012. Le programme des communications a permis de couvrir et de rapprocher les deux grands domaines que sont d'une part la connaissance et la caractérisation de l'aléa et d'autre part la vulnérabilité. Des retours d'expérience sur les principaux évènements de la dernière décennie en France y ont été présentés par des organismes, établissements et services avec des regards complémentaires apportés par des historiens et des sociologues ainsi que par des voisins européens.  

Dans le domaine maritime, le colloque a notamment montré la place importante que tiennent les données marégraphiques (observations) et/ou les prédictions de la marée en entrée de toute étude « académique » ou applicative à la caractérisation de l'aléa :

  • jeux de données pour l'estimation des niveaux extrêmes par des méthodes statistiques (communications 53 et 57)
    • 53- Comparaison des différentes méthodes d'estimation des niveaux marins extrêmes en site à fort et à faible marnage.
      Marc Andreewsky, EDF – R&D, Laboratoire National d'Hydraulique et d'Environnement, Xavier Kergadallan, Pierre Gaufrès, CETMEF, Pietro Bernardara, Michel Benoit, Laboratoire d'Hydraulique Saint-Venant, Université Paris-Est, Céline Trmal, Centre d'Etudes Techniques de l'Equipement Méditerranée
    • 57- Apports et limites de l'analyse statistique régionale pour l'estimation de surcotes extrêmes en France.
      Lise Bardet, Claire-Marie Duluc, Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire
  • jeux de données pour des analyses d'évènements passés ciblés (communication 49) ou des analyses régionales (communications 8 et 28)
    • 49-Importance de l'age des vagues et de la résonance sur le plateau continental : le cas de la tempête Xynthia, février 2010.
      Xavier Bertin, Jean-François Breilh, Université de La Rochelle, Nicolas Bruneau, Laboratorio Nacional de Engenharia Civil, Portugal
    • 08-Conditions météo-marines responsables des inondations par la mer en manche orientale française
      Pauline Letortu, Stéphane Costa, Olivier Cantat, Université de Caen Basse-Normandie, Olivier Planchon, Université de Rennes 2
    • 28-Impact du changement climatique sur les événements de tempête affectant les littoraux européens.
      Yann Balouin, BRGM, Oscar Ferreira, Universidade do Algarve, Portugal, Paolo Ciavola, Università di Ferrara, Italie et le groupe MICORE
  • jeux de données pour les forçages pour les simulations numériques (communications 23 et 37)
    • 23-Modélisation des surcotes sur les cotes françaises, Manche et Atlantique
      D. Idier, H. Muller, R. Pedreros, J. Thiébot, Y. Krien, Marissa Yates, BRGM, F. Dumas, F. Lecornu, Ifremer, Lucia Pineau-Guillou, Ronan Créach, SHOM, et Denis Paradis, Météo-France
    • 37-Evaluation des niveaux d'eau extrêmes du futur sur l'estuaire de la Gironde.
      Vanessya Laborie, François Hissel et Philippe Sergent, CETMEF

 

Pour en savoir plus