Les observatoires marégraphiques de Brest et de Marseille labellisés par l'Organisation météorologique mondiale

Le 19e Congrès de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) se tenait à Genève du 22 mai au 2 juin. Confirmant la reconnaissance de l’UNESCO, les marégraphes de Brest et de Marseille ont été labellisés par l’OMM comme stations d'observation marine centenaires et stations d’observation à long terme. Ces marégraphes jouent un rôle essentiel dans la compréhension du changement global car l’élévation du niveau de la mer est un indicateur fort du changement climatique.Cette reconnaissance des marégraphes de Brest et de Marseille par l’OMM confirme l’importance de ce patrimoine marégraphique et de sa préservation. Ces observations de long terme sont une clé de compréhension essentielle pour permettre aux générations actuelles et futures d’appréhender le changement climatique.

Mis à jour le 02/07/2024

Partager la page :

Plus de 300 ans de données marégraphiques sur l’évolution du niveau marin

Les premières mesures marégraphiques exploitables à Brest remontent à 1711. Pour Marseille, elles remontent à 1885. Elles figurent aujourd’hui parmi les plus anciennes du monde. Leur analyse permet de constater une élévation du niveau de la mer d’environ 35 centimètres à Brest depuis 1711 et d’environ 19 centimètres à Marseille depuis 1885.

L'élévation s'observe principalement depuis le XXe siècle avec une tendance à l'accélération depuis les années 1980 en lien avec le changement climatique. Les données de ces deux marégraphes sont collectées et diffusées sur data.shom.fr via REFMAR (intégrant l’ensemble des réseaux marégraphiques français) afin de promouvoir leur utilisation par le plus grand nombre.

 

Observatoires marégraphiques de Brest (à gauche) et de Marseille (à droite). Crédits Shom.

 

L’évolution du niveau de la mer, un indicateur du changement climatique

   « Cette labellisation confirme l’excellence de la France en matière de mesure marégraphique. En tant que référent national pour la mesure du niveau de la mer, le Shom se félicite de cette reconnaissance, » souligne Laurent Kerléguer, directeur général du Shom. « Les mesures des observatoires marégraphiques, disponibles pour certaines, sur près de 300 ans, ont une importance décisive pour comprendre la dynamique globale du changement climatique ».
 

A découvrir également